La Taniere Des Loups

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, janvier 5 2012

Critique rapide

220px-GhostInTheShell1995Logo.jpg

J'ai enfin vu Gost In the Shell...

...et été profondément déçu. Je ne sais pas si il reflète bien le manga papier mais en tout cas il ne me donne pas envie...

Du cyberpunk japonais, avec une trame scénariste bien différente, mais une intrigue de fond très proche de Neuromancien : en beaucoup moins bien, avec qui plus est, de méchants relents de vitalisme (même si je sens ici peu être une volonté de briser justement ces croyances, au contraire d'un truc comme le premier film Final Fantasy par exemple)...

Allez, peu être un petit plus 1 pour les scènes d'action qui sont plutôt bien foutu, et l'idée de pirater le cerveau d'humains, mais bon, en fait là aussi y a rien de bien transcendent.



Donc, je n'ai guère envie de m'étendre plus longuement sur le sujet. Niveau "classique" transhumaniste, je préfère le livre Neuromancien, espéreront que le film soit a la hauteur. hein...

Réferences :

  • Neuromancien, Livre de Willam Gibson, l'un des premiers ouvrages Cyberpunk. http://fr.wikipedia.org/wiki/Neuromancien
  • Ghost In the Shell, Film d'animation japonais de Mamoru Oshii
  • Le vitalisme, est un courant de pensé définissant les êtres vivants comme possesseur d'une caractéristique immatérielle transcendante qui ne peux être répliquée, autrement dit, généralement : une âme.
  • Final Fantasy, Film d'animation américano-japonais d'Hironobu Sakaguchi, créateur du jeu éponyme. Film s'inspirant du jeu Final Fantasy 7 et véritable plaidoyer pour des thèses écologistes vitalistes inspirés de l'hypothèse Gaia, grosso modo, celons laquelle la terre est un organisme vivant dont les animaux sont les cellules.
  • Le transhumanisme est une orientation philosophique celons laquelle l'humanité peux dépasser sa condition actuelle et utiliser la technique et la science pour la venir a bout des obstacles qui plombent aujourd'hui l'existence de chacun.

mardi, décembre 27 2011

Quelque films sympas

Pour les amateurs de cinéma n'ayant rien a regarder ce soir, Voici une sélection de quelque films que je trouve plutôt intéressant, il y a surtout de la SF mais pas que : Je les aient classés par ordre de préférence :

Videodrome http://www.allocine.fr/film/fichefi...

Paprika http://www.allocine.fr/film/fichefi...

The Cell http://www.allocine.fr/film/fichefi...

One Point O http://fr.wikipedia.org/wiki/One_Po...

Avalon http://www.allocine.fr/film/fichefi...

ExistenZ http://www.allocine.fr/film/fichefi...

Les experts (vo : sneakers) http://www.allocine.fr/film/fichefi...

La Cité des Enfants Perdus http://www.allocine.fr/film/fichefi...

In the mouth of madness http://www.allocine.fr/film/fichefi...

Eagle Eye http://www.allocine.fr/film/fichefi...

Sleep Dealer http://www.allocine.fr/film/fichefi...

Pi http://www.allocine.fr/film/fichefi...

The fountain http://www.allocine.fr/film/fichefi...

Johny Mnemonics http://www.allocine.fr/film/fichefi...

dimanche, février 14 2010

L'Antre de la folie / In the mouth of madness

InTheMouthOfMadness

Film fantastique/horreur Americain de 1994 par John Carpenter.

Synopsis : Un agent recherchant les fraudes pour une compagnie d'assurance est envoyé par la maison d'édition Arcane a la recherche de leur auteur a succès Sutter Cane, disparu depuis plusieurs mois. Le detective ne tardera pas a se rendre compte que fiction d'horreur et réalité ne sont pas aussi distinct qu'il y a parait...

Critique : Un film qui m'a agréablement surpris, et réussi même à imposer une ambiance angoissante par moment. Le but du film d'horreur est donc atteint. L'histoire se veux repondre aux classiques du fantastique, on y découvre un héros devenu fou suite a son aventure, où réalité et imagination peuvent tout deux se confondre. Il se pose egalement en homage a Lovecraft, en y reprenant les grandes lignes : un ecrivain dont les écrits altèrent le reel (ou bien, dont les hallucinations remplissent ses ecrits), des Grands Anciens qui attendent le moment propice pour revenir, l'horreur omniprésente mais indescriptible, cachée... Et la mise en abime finale du film contribue énormément a l'appréciation globale... A voir d'urgence...

jeudi, septembre 24 2009

The Fountain

The_Fountain - Poster.jpg

The Fountain

Film américain de Darren Aronofsky sorti en 2006.

Synopsis:
L'histoire de trois hommes, l'un est chercheur, il tente de trouver un remède contre le cancer afin de sauver sa femme. L'autre conquistador, chargé par la reine d'Espagne de trouver l'Arbre de Vie donnant l'immortalité. Et le troisième flottant dans l'espace, enfermé avec un arbre mourant dans une bulle en direction de l'étoile Xibalba sur le point d'exploser. Ces trois hommes sont une seule et même personne, cherchant a repousser les limites de la mort pour sauver l'être aimé a travers l'espace et le temps. Mais au fur et à mesure que la mort grignote le champ de bataille, l'espoir semble vainc... mais la mort n'es elle pas qu'une maladie comme les autres?

Critique:
Un film emplis de symbolique et de spiritualité, indiquant clairement des allusions a la kaballe juive (tout comme dans Pi, d'ailleurs, même si ici ce n'est que sous entendu) sans toutefois jamais faire une quelconque mention d'un quelconque dieu. Il n'est ici question que d'une seule chose, la conscience de la mort. Le film est bien réaliser, l'histoire assez prenante, l'ambiance intense par moment. Un film intéressant et qui ne prend aucun parti morale sur la question. Le personnage vainc sa peur de la mort par une prise de position spirituelle, mais à aucun moment le film ne cherche a prendre parti pour ou contre l'immortalité et ceci est suffisamment rare pour le signaler. Au final j'ai bien aimé ce film, tout autant que Pi, et dans une moindre mesure Requiem for a dream.

City of ember / La citée de l'ombre

emberpostermini.jpg

Film Americain de Gil Kenan, sorti le 10 octobre 2008. Adaptation du livre éponyme de Jeanne Duprau.

Synopsis:
Suite à un événement non mentionné, la décision fut prise de construire une citée souterraine pour abriter les survivants durant 200 ans. Tout fut fait de manière a ce que les gens oublient leur vie passée. Une mallette munis d'un compte a rebours et une clef furent remise au premier maire d'Ember, elle devais passer de maire en maires jusqu'à la fin des 200 ans ou celle ci s'ouvrirait, contenant les instructions permettant de retourner à la surface. Malheureusement, la transmission fut rompu a la suite du décès précipité d'un des maires, et la mallette échoua au fond d'un placard ou elle s'ouvrit en silence. Au fil des années, les stocks de matériel s'épuisent, la citée tombe peu à peu en panne, le générateur électrique aussi et les coupures de lumière se font de plus en plus longues, plongeant les habitants dans l'obscurité et la peur. Deux adolescent, la descendante du maire ayant retrouvée la mallette chez elle bien que sans savoir son usage et un de ses amis décident de se mettre en quête de trouver une sortie.

Critique:
Un bon film, clairement orienté pour enfants, comme le livre a priori, mais sans jamais tomber dans le gniagnian. L'ambiance me fait beaucoup penser a celle de l'abri dans fallout (enfin en particulier cette daube de fallout 3) et même celle du monde : animaux mutants géants entre autre chose. L'univers est cohérent, l'action sympathique, les personnages crédibles. L'oubli du monde orchestré de façon assez poussé via un culte aux Bâtisseurs et surtout au générateur qui maintiens la ville en fonctionnement. La technologie continuant de péricliter au sein de la cité au fur et à mesure que celle ci tombe en panne, avec par exemple le remplacement du réseau téléphonique existant sans aucun doute a la base mais remplacé par des coursiers a pied. Les seuls points peu flous étant le fonctionnement administratif visiblement des plus étranges, le systeme commercial de la ville apparemment développé alors que les produits sont distribués en rationnement et la grande question : rien n'a été prévu pour facilité la reconstruction une fois les habitants à la surface. Le mode de sortie (peu crédible, lui par contre) d'Ember prévu par les constructeurs ne laissant guère place à la possibilité de sortir de l'équipement.