La Taniere Des Loups

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Politique et philosophie

Fil des billets - Fil des commentaires

Sous-catégories

lundi, juin 4 2012

Les éditeurs de jeux vidéo m'énervent de plus en plus

à lire avant : L'outil ultime contre les pirates

Mais c'est absolument ABERRANT ! Entre les échanges d'objet virtuels PAYANT et avec 15% de commission et effectivement le fait qu'un beau jour, paf, plus moyen de jouer au jeu (légalement en tout cas).

Moi j'aime jouer a des jeux qui ont plus de 10 ans, avec toute la merde des éditeurs, c'est de moins en moins possible, même achetés en bonne et due forme. Ne parlons même pas des jeux achetés INCOMPLETS et pour lesquels il faut dépenser près du triple du prix de départ pour avoir la suite...

Boycott bon sang, boycott de tout ces jeux (en plus généralement pas terribles...) et systèmes du genre... c'est pas les éditeurs qui décident mais les joueurs : si les jeux équipés de tel systèmes se vendent mal, ils arrêteront, sinon, ça va être de pire en pire.

Heureusement, qu'il existe des initiatives éthiques comme Humble Bundle...

dimanche, février 12 2012

La politique, c'est fantastique

C'est dingue comme les politiques de drauche comme de goite sont déconnectées des réalités :

"on assiste les gens à ne pas bosser", "il faut obtenir le plein emploi", "nous devons relancer l'industrie française" ...

N'avez vous pas un instant considéré, messieurs, que le mouvement de l'automatisation se poursuit inexorablement, même les tâches intellectuelles sont assistées par ordinateur. Hormis de rares exceptions, une personne seule peut facilement s’acquitter sans peine du travail de plusieurs.

Manifestement, non.

Faut-il aller à l'encontre du progrès et forcer de nouvelles embauches, rapidement très coûteuses et peu efficaces, ou investir dans des technologie d'assistance permettant d'augmenter le rendement de l'entreprise et dont le coût de maintenance est souvent moindre que la charge budgétaire correspondant aux salariés non nécessaires ?

Alors qu'à Gauche, on souhaite réguler, voire interdire les licenciements, pour garantir la stabilité de l’emploi, diminuer (un peu) le temps de travail (sans changer les modèles sous jacent) pour forcer les entreprises à embaucher plus de personnel, et allouer des aides aux entreprises réalisant de nouvelles embauches, à Droite, on souhaite supprimer le salaire minimal et les aides sociales.

Jamais il n'est question de la remise en cause du statut même de travailleur, pourtant le constat est simple : Il n'y a pas de travail pour tous.

Des solutions peuvent pourtant exister, deux exemples simples et complémentaires :

- Aide à la création d'entreprise, baisse des charges monstrueuses qui pèsent sur l'activité entrepreneuriale, bien avant qu'elle ne devienne rentable ou même, fasse du chiffre d'affaire. Les professions intellectuelles, en particulier dans le domaine informatique, demandent la création de nouvelles structures pour permettre à des projets très différents de s'épanouir. Mais la difficulté à lancer une activité indépendante, les risques sur le budget personnel en cas d’échec et la complexité de bien des aspects de la création et la gestion d'entreprise en rebutent plus d'un.

Il paraitrait qu'il existe des formations gratuites au management d'entreprise et des conseillers d'aide à la création auprès des chambres de commerce... pour en avoir cherché dans plusieurs régions, je n'ai eu que des réponses négatives. Plus concrètement, on trouve des programmes de financement de startups destinés aux tentatives de lancement de projets sur quelques mois, en supprimant une partie des craintes financières, en particulier la recherche initiale d'investissement. Mais ces programmes sont très rares.

- Planification du travail, sur une semaine, chaque travailleur est actif pendant 3 jours. Les équipes sont divisées et se relaient de manière à ce que chaque poste soit occupé tout les jours, y compris le samedi et dimanche. Une telle planification aurait pour conséquence de faire exploser la demande d'emploi, tout en garantissant que toute l’œuvre nécessaire soit faite.

Et enfin, garantir a tous un revenu minimal, car même en planifiant les tâches, il finira bien par ne plus y avoir assez de choses utiles a faire pour tous...

Il ne sert à rien de lutter contre le progrès technologique... plus l'on s'y oppose, plus l'humanité et tout le reste sur terre en souffrira...

vendredi, février 10 2012

Technocracie : le diagramme

Voici un rapide diagramme du modele technocratique que je soutiens :

Voir l'image

dimanche, septembre 5 2010

En vrac

-La violence est la représentation même de ce que le pouvoir crains le plus : un chaos multiforme, incontrôlé et subversif. Ainsi il cherche a pacifier la population. le culte de la non-violence est avant toute chose un artefact au service de pouvoir : pacifier la population c'est lui ôter la conscience de la lutte.

-Le travail est une des pires aliénations qui soit de la volonté individuel, son seul but a travers l'histoire est de restreindre les futurs possibles des individus en les maintenant sous un contrôle hiérarchique strict et très structuré. Un rapport de force, de lutte de classes qui s'opère entre différents échelons : patrons, cadres, employés... Le travail salarié est une des clefs de l'oligarchie marchande : en enfermant les gens dans un systeme où le salaria est une situation normalement acceptée, la volonté de devenir soi même prestataire de service, indépendant d'une hiérarchie close et statique, est tuée dans l'œuf.

-Rien ne nous appartiens, pas même notre vie : éphémère et sous contrôle. Quand bien même celui devenu un Sur-Être ce serai défait des liens du systeme coercitif et des illusions de la biologie, il ne s'appartiendrais pas a lui même : toute chose est à la communauté. Et car chaque chose appartiens a tous nous devrions en prendre soin comme la chose la plus précieuse qu'il soit. Nous serons libre lorsque nous réaliserons que nous appartenons aux autres autant que les autres nous appartiennent

-L'unicité est une illusion macroscopique, si au plus bas niveau il se peux qu'on la trouve, elle nous est toujours caché : L'unicité de l'avenir est masqué par la multitude de futurs possibles, l'unicité des objets par leur constitutions à plus basse échelle... La recherche de l'Absolu est un piège car a notre niveau, il n'es pas accessible

-La conscience politique ne peux s'acquérir que dans l'exercice de libre décision, c'est pourquoi ici et maintenant, une grande partie de la population en manque cruellement. La conscience politique est quelque chose d'essentiel dans la lutte quotidienne, elle permet de faire valoir ses idées. A l'heure actuelle les gens n'aiment pas la politique, et ils ne l'aiment pas car ils n'ont pas d'idées. Ils prétendront toujours le contraire, mais la plus part ne sont que des coquilles vides remplis de la substance dicté par le systeme socio-éducatif, organe effecteur de la Société marchande. Ils ne sont pas forcement condamné à cet état de fait : faites germer une graine et les idées pousseront

-Mais au delà de la conscience politique existe un autre type de conscience de son rapport aux autres, qui ne s'acquiert que par une longue et méthodique éducation forgé dans la discipline psychologique. Cette même conscience qui permet le fonctionnement d'un systeme a une échelle communautaire. Sans cette conscience de son rapport aux autres une société communautaire est condamnée a se replier sur elle même et dépérir car le fragile équilibre requis entre individu et groupe ne seras jamais atteint. L'individu a tendance a considérer toute action interpersonnelle comme une transaction, incapable de donner sans recevoir.

-J'ai tendance à penser que le seul moyen pour que l'ensemble du Peuple (humain ou non) acquièrent cette conscience du rapport aux autres et au monde ne pourra s'effectuer que sous l'égide d'un Plan Planificateur, seul un "tyran juste et bon", disposant de tout les pouvoirs et capable de contrôler les esprits de chaqu'un pourrai y parvenir, avec au final le règne de la justice, l'équité et la liberté. Si ce tyran est contrôlé dans l'ombre par les Éveillés, ayant déjà acquis cette conscience collective, alors le risque qu'un ne dévie vers une autocratie sans objectif est minimisé. Paradoxalement, ce tyran devrai lui même être conditionné dans une religiosité acquise, considerer le Plan comme l'incarnation même du divin et devenir en fin de course l'unique élément réactionnaire devant s'adapter ou être éliminé.

-Le questionnement et le doute sont des formes d'intérêts s'exprimant dans l'ici et maintenant et constituant l'essentiel du processus de création d'idées. L'éducation conditionnant un individu ne s'incrémente que lors du rejet d'anciennes idées au profit de nouvelles. Généralement, le processus accepte des idées répondant mieux au filtre de la logique en délestant celles y répondant le moins, mais diverses formes de perversions de ce fonctionnement rendent cet état de fait bancale en biaisant l'évaluation logique d'une idée. C'est ainsi que des points de vue religieux dénués de toute logique se diffusent aussi simplement.

-Le culte de la Nature est la négation même de la notion de choix (et de libre arbitre) : en instaurant l'idée, ne répondant à aucune logique, que les créations biologique issus du hasard de l'évolution sont supérieure en tout point à celles générés par des créatures issus de cette construction probabiliste on interdit explicitement la possibilité de se servir de la technologie acquise par la science pour influer et remplacer la biologie afin d'en corriger les défauts. La cybernétique, les modifications génétiques ou la recherche sur l'immortalité sont mal vus par le peuple pour des raisons très similaires au rejet de l'homosexualité, ou au sexisme.

-La chair est imparfaite, elle est l'ultime refuge des vices les plus sombres : mortalité, maladies, vieillesse, imperfections... et surtout, inconvenance de ne pouvoir en changer, de ne pouvoir sauvegarder son esprit lorsque le matériel dysfonctionne. La chair doit être remplacée ou améliorée, son contrôle doit être entièrement repris en main, et l'obscurantisme réactionnaire et religieux doit être combattu, pour le bien de tous.

-Tout acte est Politique, toute décisions implique des conséquences Éthiques, et du fait, propage une idéologie Politique. Le systeme instaure une médiatisation permanente de son essence dans chaque actions de la vie quotidienne. le Pouvoir dominent ne peux être renversé que par une violence quotidienne et permanente, une rébellion de tout instant, une Insurrection en suspens dans l'air.

-toute barrière doit être rompu, tout comportement qui restreint la liberté doit être annihilé, excepté si lui même est nuisible à la Vie, du moins, aussi longtemps que celle si ne pourra être sauvé de la mort. Conditionnement sociaux, religieux, sexuels, raciaux... que tout cela disparaisse enfin!

dimanche, juin 28 2009

Disque dur vicieux et grand mêre voiture

Un post un peu du style "racontation" mais il en faut bien...

J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle :

La mauvaise, c'est que le disque dur de l'ordinateur portable (Packard Bell EASYNOTE_MT85-M-020FR, si je ne me trompe pas) que j'ai acheté il y a moins de deux mois est tombé en panne hier (disque de marque Western Digital, Blue Scorpion de 500Go en SATA 2"5 (enfin, jamais vu autre format dans un portable...)), enfin, plus exactement, une zone du disque ne répond plus du tout et freeze tout. Le scandisk windows en mode "recherche de secteur défectueux", plante (et fait planter tout le pc) a un certain pourcentage toujours identique, badblocks sous linux aussi, Quant au logiciel Western Digital pour rechercher des defauts sur le disque, il refuse de faire son boulot. En démarrant windows normalement, il plante au moment de charger tel ou tel service devant se trouver sur un mauvais endroit ; en revanche, en mode sans echec je peux encore m'en servir. J'ai pu mettre mes données persos à l'abri, et même la partition caché de restauration systeme. Le plus dur est a venir, je vais devoir appeler le support technique pour faire jouer la garenti, ou je vais tomber sur un incompétent notoire, calfeutré dans des procédures automatisés, qui va tenter de me faire passer un nombre incalculable de "tests" pour au final certainement en déduire une origine hardware et qui va surement se solder par le fait de devoir leur renvoyer le pc pour réparation, et ne pas le revoir avant au moins un mois. Rajouter à ça le fait que j'ai une peur panique des conversations téléphoniques, c'est bien parti...

La bonne c'est qu'on viens d'acquérir une nouvelle voiture, fourni gratuitement par un ami, d'un ami, d'un ami, d'une ami... en gros xp. Une renault R11 GTL de 1986, en parfait état de fonctionnement. J'ai bien l'impression que les voitures d'il y a 15-20 ans était bien plus robustes que celles produites actuellement. Mais je me trompe peut être. Tout ça m'incite sérieusement à songer à passer le permis. Le problème étant encore et toujours le prix. Pas que le prix du permis d'ailleurs, les assurances aussi, qui s'en mettent plein les poches et pratiquent des tarifs aberrant vis a vis des jeunes conducteurs. Ce qui n'est plus le cas de Who, mais suite au retombés du systeme de Bonus/Malus, nous allons devoir débourser sur l'année 711 euros pour une assurance - minimaliste - couvrant la R11. Et bien entendu, la moins chère que nous ayons trouvé. Les transports sont entrain de devenir du plus en plus un service de luxe : le train est hors de prix, la voiture un peu moins au trajet mais surement tout aussi chère en y ajoutant les frais annexes, et les transports en commun en ville, tout pareil, peut être même pire, quand il s'agit de débourser 2x6€ pour faire l'aller-retour a 40km de chez moi. Mais ça, personne ne dit rien, personne ne se bat... Il est ou le temps ou l'on organisait des entrées massives sans ticket dans le metro pour dénoncer les tarifs abusifs (et en constante augmentation) pratiqués a paris par la RATP ?